[sam_zone id=1]

Course en solitaire Urgo le Figaro : point d’étape !

Comme le chantait Renaud, c’est bien la mer qui prend l’homme (et la femme) et non l’inverse ! La Solitaire Urgo le Figaro demeure une course incontournable sur 4 étapes et sans assistance. Or actuellement le classement demeure chamboulé en raison des conditions météos. 

Un palmarès mouvant, qui remportera la timbale ?

Si le britannique Will Harris (Hive Energy) était en tête, il a dû réduire sa vitesse en raison d’une menace d’orage. Après la tombée de la pluie, d’autres bateaux ont pu pointer leur nez vers la victoire avec notamment Eric Peron (French Touch), Yoann Richomme (HelloWork-Groupe Télégramme), Thomas Ruyant (Advens-Fondation de la mer) et Yann Eliès (St Michel). Toutefois le passage de la bouée Owers a comporté quelques difficultés supplémentaires pour les équipages. Pluie battante, variation de vent et nuit profonde attendaient donc les loups de mer qui disputaient la Solitaire Urgo le Figaro. Par la suite la descente vers Bafleur implique une certaine technicité et le bon choix de route. Nos spécialistes conseillent notamment une descente vers l’Est afin de gagner un peu de vitesse.

Retour sur les témoignages des participants

Chaque homme ou femme appréhende différemment sa course en solitaire. Bien entendu les participants ont tous préparé cette course durant plusieurs mois. Yann Eliès (45 ans) rappelle qu’il prend souvent des claques en mer et que cette course est avant tout une belle leçon d’humilité. Pour Clarisse Cremer (29 ans), elle confessait naviguer comme une parisienne en mer et même avoir un léger mal au cœur. Cette navigatrice garde pourtant un moral stable dans la course. Enfin, Eric Perron (38 ans) évoque un petit Schuss dans cette course tandis que Yoann Richomme (35 ans) se félicite d’un joli coup.

In this article