[sam_zone id=1]

Le brestois Lorenzo fait gagner un abonnement à vie sur Marc Dorcel

Le rappeur breton Lorenzo, originaire de la ville de Brest dans le Finistère, s’associe au célèbre producteur de films érotiques franco-hongrois Marc Dorcel, dans une opération inédite de fidélisation, de séduction et d’élargissement de leurs publics respectifs.

Dorcel gratuit

Une opération promotionnelle sexy

Le nouvel album du rappeur Lorenzo sera dans les bacs le 23 août 2019 prochain. Mais il est déjà disponible en précommande sur le site. Les fans qui effectuent une précommande de ce nouvel opus, intitulé « Sex in the city », serons tous systématiquement inscrits à un tirage au sort dont le premier prix est un abonnement à vie au site web Marc Dorcel. Le portail web du producteur, qui détient la société éponyme « Marc Dorcel », diffuse les films érotiques du célèbre pornographe franco-hongrois. Ce partenariat original est né d’un concept simple : que peut-on faire de plus efficace pour fidéliser ses auditeurs et pour élargir son public que d’offrir un cadeau à ceux qui achètent son nouvel album. Le thème de ce dernier opus, très sexy , dans la continuité du clip plutôt chaud qui illustrait le titre « Damdamdéo », justifie l’association avec un producteur d’érotisme pour adultes. L’univers porno chic développé par le rappeur épouse parfaitement celui du renommé pornographe. Une double opération séduction, qui ne devrait pas manquer de booster les ventes du rappeur.

Un lot de consolation pour chaque précommande de l’album

Si le tirage au sort prévu dans le cadre de cette opération promotionnelle ne permettra de désigner qu’un seul grand gagnant, heureux abonné ad vitam æternam au site Internet Marc Dorcel, chaque personne qui précommande l’album de Lorenzo en ligne, avant sa sortie prochaine dans les bacs, recevra un lot de consolation. Le rappeur s’est en effet engagé sur les réseaux sociaux à adresser une lettre personnalisée et signée de sa main à chaque fan qui effectue une précommande sur le site.

Un concept peu usité dans l’univers du Hip-Hop

Si l’idée de remporter des objets promotionnels, des affiches de concerts et autres photos dédicacées d’un artiste en achetant son dernier album n’est pas nouvelle, l’association assumée avec un pornographe de renom est originale. Le premier prix proposé au gagnant du tirage au sort, un abonnement à vie à un site ouvertement pornographique, est également du jamais vu. Mais le plus surprenant, est que ces usages promotionnels ne sont habituellement pas en vigueur dans l’univers du Hip-Hop français. Les codes de la mouvance impliquent plutôt l’authentique, l’underground revendiqué, la vente dans le dur de mixtape faites maison, et l’absence de fioritures marketing. Lorenzo bouscule donc, avec cette opération promotionnelle originale, les dogmes commerciaux du rap game hexagonal. En revanche, en lançant une telle opération, l’artiste contribue à encrer le Hip-Hop français dans la pure tradition virile, sexy, certains dirons misogynes, aux origines de ce courant musical d’outre-atlantique.

Qui est Marc Dorcel ?

Fils d’un tailleur hongrois, Marc Dorcel (né Marcel Herskovits le 27 mars 1934) débute dans une société de machines à coudre en tant que dessinateur industriel, puis passe rapidement au poste de technico-commercial pour cette entreprise. Après son service militaire, il retourne à son travail initial. Grâce au soutien financier de ses parents, Marc Dorcel crée en 1965 sa propre entreprise de transports, les Transports Dorcel. Si les affaires marchent plutôt bien au début, la société est rapidement conduite au dépôt de bilan.

En 1968, il se lance dans l’édition d’œuvres érotiques. Il crée « Select Diffusion », et vend par correspondance des livres aux titres sulfureux, par le biais de publicités. Il fait paraître Ursula, qui devient un best-seller dans son domaine : plus de vingt-mille exemplaires sont vendus en moins de trois mois. La dix-septième chambre correctionnelle en interdit toutefois la diffusion, vente et publicité pour « outrage aux bonnes mœurs »3.

Au début des années 1970, l’engouement pour les ouvrages érotiques décline, mais il existe un marché pour les romans-photos érotiques. Il s’agit de revues américaines importées en France et « retouchées » : les sexes et poils pubiens sont masqués par des sous-vêtements grossièrement dessinés. Marc Dorcel décide de lancer le premier[réf. nécessaire] roman-photo érotique français en couleur, vendus 140 francs.

Marc Dorcel se diversifie ensuite sur la vidéo et créé la marque « Vidéo Marc Dorcel ». Jolies Petites Garces est le premier film X produit et réalisé par Marc Dorcel, en 1979, date de création de l’entreprise homonyme. Cette vidéo pornographique de 53 minutes inclut notamment les prestations de Marilyn Jess et Piotr Stanislas. Plus de 4 000 cassettes VHS du film sont vendues en sex-shops au prix de 500 francs la cassette. Le contexte de l’époque explique cette popularité : la loi du 30 octobre 1975 vient de frapper les films X. Auparavant diffusés au cinéma, ils sont désormais relégués dans des salles spécialisées. Cette loi entraîne le succès de la vidéo X. Dorcel produit et réalise plus de 15 titres entre 1980 et 19833. En 1996, Grégory Dorcel sort de l’ISG et intègre l’entreprise ; quelques années plus tard, il en prend la tête pour l’orienter vers le numérique.

 

Qui est Lorenzo ?

Lorenzo, de son vrai nom Jérémie Serrandour, né à Brest, dans le Finistère1, est un rappeur français. Il faisait partie du collectif de rap rennais Columbine sous le nom de Larry Garcia. Lorenzo s’est auto-proclamé « Empereur du sale », à la suite de la sortie de sa première mixtape du même nom, publiée le 31 mars 2016.

Avant de devenir rappeur, Jérémie Serrandour suit une terminale littéraire option théâtre et cinéma au lycée Bréquigny de Rennes, il y obtient son diplôme du baccalauréat en 2013. C’est là qu’il rencontre les membres du groupe Columbine.

Sous le nom de Larry Garcia, il réalise la plupart des clips du collectif Columbine. Il surnomme plusieurs de ses amis dans le même esprit que son personnage6.

En 2016, Lorenzo commence sa carrière en postant ses chansons sur YouTube et décide, suite au nombreuses demandes de ses fans, de sortir un seul disque de l’album Empereur du sale qu’il grave sur un CD et qu’il décore au marqueur. Il le vend sur eBay, et, en quelques minutes, le prix dépasse les 50 000 €. Le site supprime la vente du fait de la représentation d’un pénis sur la couverture, puis il la republie avec le pénis flouté.

Il travaille avec plusieurs labels comme Universal Music ou encore Digital Distribution Serbia, qui ont contribué à son nouvel album, Rien à branler, sorti le 23 février 2018, et précédé par le single Carton rouge. L’album est certifié disque de platine

In this article