[sam_zone id=1]

La fin des barnums, véritables « verrues extérieures » pour Rennes ?

De façon étonnante, la loi contre la cigarette dans les restaurants a permis de développer les terrasses car ces derniers devaient alors fumer dehors. Toutefois Rennes a développé à l’outrance les terrasses couvertes avec la mise en place de barnums mais aussi de chauffages. Or la ville souhaite supprimer ces « verrues » au profit de simples parasols. Il est à noter que la disposition est tempérée pour certaines rues. 

La fin des barnums dans la ville de Rennes

Dans les rues modernes, les coupes-vents seront tolérés tandis que les enseignes dans la vieille ville ne pourront installer qu’un système accolé à un mur. Ainsi, la terrasse couverte doit prendre appui sur le mur du bar ou du restaurant. Bien entendu, l’adjoint délégué aux commerces Marc Hervé souhaite avant tout que les commerces prennent connaissance de la norme tout en ayant un peu de temps pour se mettre dans les règles. Ainsi cette nouvelle disposition sera effective en 2022.

Les impacts de cette réforme qui défend l’architecture historique

Le centre-ville de Renne engrange près de 730 millions d’euros dont 16 millions de passage annuel. Or les élus étaient lassés de ces terrasses de fortune qui gâchaient la belle architecture locale. Une première étape consistera à supprimer les appareils de type brumisateurs comme chauffages. Près de 500 terrasses seront ainsi soumises à cette nouvelle législation. Coté parasols, les élus souhaitent aussi des couleurs en accord avec les bâtiments. Par exemple, dans le secteur de la gare les parasols devront être plutôt foncés tandis que la place Saint-Anne sera plutôt dans les teintes bleutées.

Coté habitants, les avis sont divisés. Si certains apprécient la mise en avant des bâtiments historiques, d’autres s’inquiètent de leur pauses cigarettes. Nul doute que les restaurateurs devront prévoir des plaids pour pallier aux courants d’air de ces nouvelles structures extérieures.

In this article