[sam_zone id=1]

L’Irak et les États-Unis affirment leur engagement à réduire les effectifs américains: déclaration

L’Irak et les États-Unis ont affirmé leur engagement à réduire les troupes américaines en Irak, a déclaré un communiqué des deux pays, alors que les responsables discutaient des relations futures de Washington avec Bagdad.

« Au cours des prochains mois, les Etats-Unis continueront de réduire les forces irakiennes et discuteront avec le gouvernement irakien du statut des forces restantes », a indiqué le communiqué, publié jeudi.

 

Depuis 2014, la mission principale des troupes américaines déployées en Irak a vaincu le groupe militant de l’État islamique. Les responsables de la coalition dirigée par les États-Unis affirment que les forces irakiennes sont désormais en mesure de gérer les insurgés par leurs propres moyens.

On s’attend à ce que les entraîneurs militaires occidentaux restent en Irak, mais on ne sait pas combien. Les États-Unis comptent environ 5 000 soldats stationnés dans le pays et des alliés de la coalition 2 500 autres.

Un précédent flash d’information de l’agence de presse irakienne a cité le Premier ministre Mustafa al-Kadhimi comme disant qu’il y aurait un retrait total des troupes. L’article a ensuite été supprimé.

 

Le parlement irakien avait voté plus tôt cette année pour le départ des troupes étrangères d’Irak, et les États-Unis et d’autres troupes de la coalition ont quitté dans le cadre d’un retrait.

La déclaration conjointe des deux pays indique que Washington discutera avec le gouvernement irakien du statut des forces restantes, soulignant qu’il ne cherche pas de bases permanentes ou une présence militaire permanente en Irak.

Des conseillers économiques américains pourraient également être fournis pour aider l’Iraq dans ses efforts de réforme économique. Les retombées financières de la pandémie de COVID-19 et les bas prix mondiaux du pétrole ont durement touché les Irakiens. Les exportations de pétrole génèrent la quasi-totalité des recettes de l’État irakien membre de l’OPEP.

 

In this article